La fera du Léman !

Les poissons, c’est comme les fraises : cueillis la veille dans les environs, ils sont plus savoureux que leurs cousins surgelés de Pologne. Fort de ce constat, notre chef ne ménage pas ses efforts pour privilégier le poisson indigène – une tâche ardue, le saumon d’Ecosse et la coquille St-Jacques faisant hélas cruellement défaut à la faune lémanique. De celle-ci, c’est la féra qui a nos faveurs: en effet, elle ne fraie que dans les Alpes, ce qui n’est pas le cas de la perche, qu’on tend souvent pour se faire battre, car elle le plus souvent Estonienne (on la reconnaît facilement à son accent),

Notre chef François courtise donc assidûment Serge Guidoux (à la Pêcherie d’Ouchy) et Patrice Brügger (au port de Vevey), à grand renfort de chasselas pour leur éviter la déshydradation. Parfois, il embarque même avec eux, dès potron-minet, pour aller relever les filets et contempler le lever du soleil au café de la borne.

En attendant la saison des fraises.