LES HUÎTRES !

La plupart d’entre vous sont forcément friands de ces petites bestioles iodées qu’on cueille au bord de la mer à la fin de l’automne, la chevelure au vent et les pieds dans l’eau. Vous avez bien raison, car outre le vinaigre à l’échalote, ce mollusque affable contient en quantité rocambolesque des vitamines A, B, D, du zinc, du fer, du manganèse, du sélénium, du calcium, du magnésium et une craquée de protéines, au contraire, par exemple, de la croûte au fromage.

Mais si l’on sait que l’huître Gillardeau, par exemple, se marie bien avec la coupette de Perrier-Jouët, on sait moins que (à l’instar de son cousin l’escargot – que vous pourrez également déguster chez nous avec un joli beurre à l’ail et aux noisettes -) l’huître est hermaphrodite cyclique, ce qui veut dire que chaque année, Madame Huître devient Monsieur Huître, ou l’inverse : dès lors, elle n’a pas à faire ce choix – devenu désuet – entre vie de famille et carrière professionnelle.